Stephan Mathieu | Our Love Will Destroy The World @ Les Voûtes (vendredi 04 mars 2011)

un concert ali_fib

STEPHAN MATHIEU (GER – Columbia Phonoharp zither, computer)
OUR LOVE WILL DESTROY THE WORLD aka Campbell Kneale (NZ – electronics)

vendredi 4 mars – 21h00 – 10 €
Les Voûtes
19, rue des Frigos
75013 Paris – M° BNF

Stephan Mathieu (ALL – Phonoharp Columbia, ordinateur)

Quiconque a succombé aux énigmatiques morceaux du musicien de gospel Washington Phillips (Mississippi Records a compilé l’essentiel de ses enregistrements des années 20 sur What Are They Doing in Heaven Today? – voir une vidéo ici), a très certainement été captivé par l’instrument qu’utilise Phillips : dolceola ? Celestophone ? Phonoharp ? La graine de fascination a germé. Les hypothèses et avis musicologiques sur l’instrument utilisé ont fleuri. Parmi les convertis s’est trouvé un collectionneur de 78 tours et d’instruments antédiluviens, plus certainement connu comme l’un des grands architectes sonores de ces 15 dernières années : Stephan Mathieu. C’est de cet instrument, le Phonoharp Columbia, que Stephan jouera aux Voûtes, son Mac (plus si “sad“) à portée de mains.

Le nom de Stephan Mathieu reste d’abord associé à la scène musicale électronique qui a vu son nom émerger à la fin des années 90, aux côtés de ceux de Akira Rabelais, Taylor Deupree, Ekkehard Ehlers, Janek Schaefer, …Son travail a été publié par une ribambelle de labels clés de ces années qui résonnent de glitch, de lowercase music et de Max MSP : 12k, Line, Orthlorng Musork, Lucky Kitchen, Fällt, Korm Plastics, Headz, Ritornell, Häpna, Spekk, Sirr, … La musique de Stephan Mathieu ne saurait cependant être circonscrite à ce périmètre, au risque de se méprendre sur l’échelle de son travail et les questions qui le traversent en permanence et le conduisent à redéfinir son mode opératoire à intervalles réguliers : échantillonnage, analyse spectrale, convolution, traitement sonore en temps réel de sources variées en séquences de durées variables, ….

Percussionniste de formation, sculpteur de fréquences, artiste sonore, architecte d’environnements musicaux, enseignant, Mathieu a assez précocement interrogé son (second) outil de travail  – l’ordinateur et son flot de patchs et de softs. Or, en plaçant ce dernier au coeur de ses réflexions, il l’a surtout relayé à la périphérie de son instrumentarium – juste place ?. Non sans ironie, l’auteur du Sad Mac et de la Kapotte Muziek a ainsi progressivement intégré à sa maîtrise de la “digitalia” des lignes analogiques, des instruments et technologies d’un autre temps : Virginal de la Renaissance, orgues Philicorda, gramophones, radios, …tout en multipliant les références dans son travail à quelques fondations de la musique expérimentale du 20ème siècle (cf. son projet Virginals proposant une relecture d’oeuvres de Alvin Lucier, Phill Niblock, Walter Marchetti, Charlemagne Palestine, …). Juste retour des choses du reste puisque Stephan Mathieu, le percussionniste des années 1990, était aussi un interprète… de Stockhausen, Cage et Brown.

C’est dire que la musique de Stephan Mathieu s’est toujours inscrite dans un temps long, une durée qui n’est pas celle des modes journalistiques et des chapelles technologiques, une temporalité, une profondeur, un ancrage, une mesure que ce concert aux Voûtes permettra, je l’espère, d’entr’apercevoir, sans distortion, problème d’échelle, de perspective ou de mise au point.

Mathieu shows that that most functional and impersonal of musical instruments, the laptop, is capable of producing work not only of great beauty, but of mysterious and powerful emotion.” – Dan Warburton (Paris Transatlantic)

Liens :
Le site (très documenté) de Stephan Mathieu ici.
Au hasard Balthazar :
Une (somptueuse) collection de morceaux en écoute ici.
Sa discographie illustrée ici.
Sur l’installation Constellations encore ici.

Our Love Will Destroy The World aka Campbell Kneale (NZ – électronique)

La dernière fois que Campbell Kneale est venu vociférer un maëlstrom de fréquences, c’est le plafond des Instants Chavirés qui a en profité : on pouvait voir la poussière s’en décrocher et tomber comme une fine neige. C’était en 2007. ali_fib avait invité Campbell et son projet d’alors, Birchville Cat Motel, à jouer aux côtés de Jack Rose, Ignatz et Silvester Anfang. Souvenir d’une salle chauffée à blanc. 150 cages thoraciques en résonance. L’enregistrement du concert par Thomas LBB pour Radio WNE se trouve ici.

Campbell revient donc pour la deuxième fois, sous un autre nom : Our Love Will Destroy The World, son projet musical depuis 2008, déjà documenté de 15 cassettes, LPs, cd/rs et 7″ sur Dekorder, Blackest Rainbow, Krayon,  Don’t Fuck With Magic, … 15 sorties en forme de cadavre exquis : “I Hate Even Numbers”, “Fucking Dracula Clouds”, “Beautiful Monolith”, “Yellownirvana”, “Ships Cloud Mascara”, “Dogstar White Ka-pow!”, etc. Le dispositif reste le même (Campbell derrière son kit d’électronique). Le volume de sortie, itou.

Just excoriating blood-drones and blitzkrieg ragas from Nowhere, New Zealand, in search of fleeting moments of infinite density; where everything is louder than everything else, time slows to a crawl, and brains under stress slip into warm, prickly comas. Think the wiggiest Coltrane, the wobbliest Public Image, the most pyromaniacal Conrad, Cale or Maclise. Think Pandit Pran Nath being chewed up by Hanatarash’s tropical piranha collection.

Our Love Will Destroy The World arose from the smoldering ashes of the highly esteemed Birchville Cat Motel, who pretty much clogged the earth with over 300 recorded artifacts and stalked the globe on a relentless hunt for the best gig ever.

At times it has the obliterating rock overload of Black Boned Angel, and often the overpowering envelopment of Birchville Cat Motel, but its a somehow glossier, more sensual take on Campbell Kneale’s previous work that satisfies all you’ve ever wanted from his music in an awe-inspringly gargantuan way.

Lien :
La page myspace de Campbell.

This entry was posted in concert and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Stephan Mathieu | Our Love Will Destroy The World @ Les Voûtes (vendredi 04 mars 2011)

  1. I dont disagree with you

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s